Le ronronnement des chats et les astronautes

Le ronronnement est un son caractéristique de certaines espèces de félins présent lors de situations bien précises. Bien qu’il puisse varier selon les individus et les espèces, sa base tonale vibrante est la même pour tous. Tous les petits félins, comme le chat, le serval, le puma et l’ocelot et certains grands félins, comme le lion, ronronnent. C’est à partir des années 70 que l’homme a décidé de chercher la réponse à la question que tout le monde se pose depuis 3000 ans : pourquoi les chats ronronnent-ils ? Ils ronronnent aussi bien lorsqu’ils sont contents que lorsqu’ils souffrent ou sont stressés.

Il existe plusieurs hypothèses pour expliquer le mécanisme de production du ronronnement, mais aucune n’a encore été confirmée. Bien que plusieurs études aient été menées pour déterminer l’origine de ce son, ce mécanisme reste toujours un mystère car ces animaux ne sont pas dotés d’un organe anatomique spécifique et plusieurs éléments comme le larynx et le diaphragme entrent en jeu pour le produire.

Pourquoi les chats ronronnent

Nous ne savons pas exactement pourquoi les chats ronronnent, et plusieurs explications tentent de justifier l’existence de ce son vibrant. Selon Bruce Fogle, vétérinaire et auteur du livre The Cat’s Mind, la raison initiale du ronronnement proviendrait du mode de communication entre chatons-chatte au travers duquel, le chaton indiquerait à sa mère qu’il est présent et se sent bien.

Un chaton ne peut pas téter et miauler en même temps, mais peut ronronner tout en s’alimentant et informer sa mère de sa présence. La chatte ronronne fréquemment pour répondre à ses petits. La majeure partie des chats domestiques ronronnent lorsqu’ils se font caresser ou lorsqu’ils sont nourris, et ceci ne serait qu’une évolution du comportement des chatons, qui indiquerait à l’être humain son bien-être.

Gatito que ronronea (imagen)

Les chats adultes utilisent le ronronnement pour transmettre aux autres chats leur intention pacifiste de s’approcher et signaler qu’ils ne sont pas une menace.

Curieusement, certains chats ronronnent également lorsqu’ils sont stressés ou ont mal quelque part, comme par exemple lors d’une visite chez le vétérinaire ou lorsqu’ils mettent bas. Une théorie indique que ce ronronnement de douleur ou de stress serait un mécanisme de défense pour s’auto-calmer, et pour produire une hormone cérébrale ayant des effets antidouleur.

Il est très difficile d’écouter le fonctionnement du cœur ou des poumons au travers d’une auscultation lorsque le chat ronronne. C’est pourquoi les vétérinaires ouvrent généralement le robinet car apparemment, le son du mouvement de l’eau est capable de stopper le ronronnement.

Et les astronautes…

El poder curativo del ronroneo del gato (imagen)

Pour que le ronronnement ait survécu à la sélection naturelle des espèces il doit supposer un avantage évolutif pour les félins, sinon, il aurait disparu au fil du temps. Le ronronnement doit donc être pour les félins, un mécanisme de survie assez fort pour avoir été transmis tout au long de l’évolution, dotant les animaux qui ronronnent d’un avantage.

Sept vies ? Capables de retomber sur leurs pattes depuis les hauteurs et s’en remettre en quelques heures ? N’importe quel vétérinaire vous dira que lorsqu’un chat vient à la clinique, le problème doit être très grave car les chats sont rarement malades. Que possèdent les chats qui les rendent aussi résistants ?

En 1996, la  médecine humaine a fait une incroyable découverte. Des chercheurs ont découvert que l’exposition à des fréquentes entre 20 et 50 Hz, la même que celle des ronronnements, augmente la densité osseuse. Ceci signifie que les vibrations pourraient être utilisées pour régénérer les os humains sans avoir à réaliser d’exercices physiques et d’une manière totalement non-invasive et sans effets secondaires. Aujourd’hui, des études sont menées pour pouvoir l’utiliser en ostéopathie pour la cicatrisation de fractures traumatiques, pour les femmes suite à la ménopause, et curieusement, pour la régénération de la densité osseuse des astronautes après une période de gravité-zéro.

L’atrophie musculaire et la perte de densité osseuse des astronautes soumis à la gravité zéro est très rapide et atteint en très peu de temps des niveaux dangereux. Lorsqu’il n’y a pas de gravité, la force musculaire constante réalisée pour maintenir la position n’est pas nécessaire. Bien que les astronautes qui vivent dans les stations spatiales fassent de l’exercice plusieurs heures par jour, le problème de l’affaiblissement corporel est une grande préoccupation entre les professionnels de ce milieu. Le magazine National Geographic a publié en 2001 un article concernant les recherches que la NASA effectue sur les bienfaits des vibrations du ronronnement sur la physiologie des astronautes lorsque la gravité est inexistante.

Mejora de densidad ósea en astronautas por el ronroneo de gato (imagen)

Certains pensent même que les vibrations de la même fréquence que le ronronnement des félins pourraient soulager les douleurs et améliorer la cicatrisation des tendons et muscles.

Pourquoi la capacité de cicatriser plus vite donne aux félins un avantage évolutif ? À l’état sauvage, les félins sont relativement sédentaires. Ils passent la majeure partie de la journée à dormir et ne chassent que pendant des périodes de temps très courtes. Dans ce cas-là, bénéficier d’un système de cicatrisation lorsqu’ils se reposent est un grand avantage qui leur permet de se soigner de possibles lésions et de conserver leur densité osseuse après une longue période d’inactivité. Cette capacité de guérison a permis à la capacité de ronronner de survivre à l’évolution jusqu’à ce jour.

Aviez-vous déjà pensé que le ronronnement de votre chat pourrait avoir des propriétaires bienfaisantes ?

www.theyellowpet.fr

Intéressant ? Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à le partager.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>